Soutenance de thèse de Nattika SRIPHONGKUL

Ecole Doctorale
Sciences Juridiques et Politiques
Spécialité
Droit Public - SJP
établissement
Aix-Marseille Université
Mots Clés
Liberté de manifestation,Liberté de réunion,Liberté d'expression,Démocratie représentative,Contestation,Thaïlande
Keywords
Freedom of Manifestation,Freedom of Assembly,Freedom of Expression,Representative Democracy,Contestation,Thailand
Titre de thèse
La liberté de manifestation en Thaïlande
Freedom of manifestation in Thailand
Date
Lundi 24 Septembre 2018 à 14:00
Adresse
Faculté de droit et de science politique 3 Avenue Robert Schuman 13628 Aix-en-Provence CEDEX 1
Salle des Actes
Jury
Directeur de these Thierry RENOUX Université d'Aix-Marseille
Rapporteur Henri OBERDORFF Université de Grenoble
Rapporteur Aurélie DUFFY-MEUNIER Université de Lorraine
Examinateur Jean-Yves CHÉROT Université d'Aix-Marseille

Résumé de la thèse

La manifestation est aujourd’hui un sujet d’actualité préoccupant et un phénomène en voie de devenir mondial. En ce domaine, la Thaïlande fait figure de pays pionnier. En effet, les manifestations de rue y sont, de longue date, fréquentes et souvent violentes. La présente étude a tout d’abord pour objet de s’interroger sur les raisons du recours massif à cette liberté par le peuple et sa perception par le Droit. En effet, dans ce pays, la manifestation répond à une tradition constante d’expression des idées et des opinions, grâce à une contestation politique en groupe et sur la voie publique. Elle est consacrée en tant que « liberté constitutionnelle » dans les vingt Constitutions de la Thaïlande, que ce soit de manière explicite ou implicite, mais sans être pour autant distinguée de la liberté de réunion. Il est dès lors utile d’analyser cette conception de la liberté de manifestation, source de modèle pour d’autres pays. Cependant il importe également de comprendre pourquoi le nombre de manifestations augmente considérablement en Thaïlande. Selon l’auteur, le principal élément de réponse est à rechercher dans le système institutionnel et politique thaïlandais. Celui-ci permet rarement un débat pluraliste au sein du Parlement. L’instabilité constitutionnelle, les successions de putschs militaires, accentuent la crise de la démocratie représentative. La solution à ce danger doit-elle être trouvée non plus dans le simple droit mais dans un véritable devoir de manifester ? Sans doute, car la Thaïlande donne l’exemple même de l’urgence d’instituer des mécanismes associant davantage le citoyen à la décision publique, conduisant à l’instauration d’une démocratie participative et continue. Lorsque le bon fonctionnement de ces mécanismes est mis à mal, le recours à la liberté de manifestation devient une nécessité.

Thesis resume

The manifestation is nowadays an important issue as it has become progressively a world phenomenon. Concerning this subject, Thailand is considered a pioneer country. The street manifestations, which have been exercised for longtime, occur frequently and often in a violent manner. This study aimed, first of all, to raise question as to why people exercise this freedom massively and what are the perceptions of law toward these situations. In this country, manifestation responds to a constant tradition of expression of ideas and opinions, as a result of a political group contestation on the street. Principally, manifestation is recognized as a “constitutional freedom” in twenty Constitutions of Thailand, whether explicitly or implicitly, without being distinguished from freedom of assembly. It is, therefore, necessary to analyze such conception of freedom of manifestation, possibly considering it as a source of model for other countries. In addition to the above, it is important to understand the reason as to why the number of manifestations has been increasing considerably in Thailand. According to the author, the principal element of the reason derives from conducting a research in the institutional and political system. The system hardly allows a pluralistic debate in Parliament. The constitutional instability, the successions of military putsches, have emphasized the crisis of representative democracy. Is it possible that the solution of this danger should no longer be founded in a simple right to manifest but in a duty to manifest? Undoubtedly, since Thailand is an example underlining the urgency of introducing the mechanisms which involve citizens in making public decision, these mechanisms lead to the establishment of participatory and continuous democracy. Yet, when these mechanisms fail to function accordingly, an exercise of freedom of manifestation becomes a necessity.